Hailz Archy ! Bienvenue chez La Voix des Ombres ! Justement, ce zine a toujours été dédié à l'underground, et il faut dire que ton projet SAINT-FRENESS est on ne peut plus underground ! C'est par un assez grand hasard que je suis tombé dessus – et que j'ai apprécié de suite ! Voilà pourquoi je t'ai proposé d’apparaître en ces pages... SAINT-FRENESS restera-t-il cependant underground ?

saint-freness 2

 

Salut gars ; tout d’abord, merci pour l’intérêt que tu portes à mon projet, j’apprécie.

J’avoue avoir souvent un peu de mal avec le terme ‘underground' , j’ai le sentiment que beaucoup de personnes et particulièrement dans le black metal font des amalgames entre « underground » et « bonne ou mauvaise prod » avec une certaine fierté pour le travail mal fait, les riff à deux balles et le son le plus pourri possible !

Bon … Vue comme ça j’espère ne pas faire partie de cette équipe. Cela dit pour ma part et pour beaucoup heureusement, ce terme a beaucoup plus de sens si on le traduit par intégrité. Dans ce sens là, bien sûr Saint Freness restera underground, à cette partie de moi que je révèle dans ma musique. Mais pour le vrai puriste du genre j’ai bien peur d’être hors sujet.

Je fais avant tout ma musique pour qu'elle devienne une réelle satisfaction personnelle. Cela ne m’empêche donc pas de la faire évoluer. Comme toute personne j’évolue moi-même et Saint Freness est juste le témoin de mes sentiments que je véhicule à travers cette passion.

C'est quoi SAINT-FRENESS ?

Saint Freness c’est avant tout une partie de moi et de ce que j’ai pu ressentir ou/et que je n’ai pas su exprimer avec des mots. La musique est un canalisateur puissant, une thérapie unique et un mode de communication qui parle aux tripes. C’est tout ça Saint Freness … du moins je l’espère.

Sotres mélange plusieurs genres musicaux. Black Metal évidemment, mais je dirais aussi Cold Wave, voire Heavy Metal... Comme si l'on traversait un champs de ruines apocalyptiques où perce de temps en temps le soleil... Il est aussi, franchement hypnotique. Il rappelle aussi, étrangement, NEHËMAH et WOLOK. Bref, quel est cet univers qui vit en toi ? Ces souffrances, des dommages, cet enfer, cette folie ? Cet album est une sorte de cauchemar et cette année, il est la meilleure chose que j'ai écouté.

Merci j’apprécie. C’est vrai que c’est un black métal souvent abordé de façon assez éclectique dans ce que l’on pourrait appeler les « influences annexes ». Ce n’est pas du tout dû au fait que j’aime tout les styles de métal comme j’ai pu le lire sur une chronique ou deux.

Je n’écoute pas que du black, loin de là, mais dans le métal je n’écoute que ça en revanche, les autres styles de métal ne me parlent pas beaucoup…

Chaque morceau représente pour moi des périodes aux sentiments assez différents… ce pourquoi le mot apocalyptique est approprié, résonant directement dans ma tête comme le chaos. C’est une dimension qui était et qui réside toujours assez profondément en moi. Avec le temps, le chaos s’est estompé et a fait place au paradoxe . Une version plus constante et consciente de cet état d’esprit particulier… chaque morceau était alimenté par un moteur différent sur un panel très large d’émotions et de sentiments. Allant de la haine la plus profonde et au dégoût le plus méprisant à l’amour le plus grand et à l’adoration la plus sincère … tout ceci rassemblé sous l’intense exutoire du black metal .

Tu as parlé de Nehëmah, c’est en effet un « groupe », si je puis dire, que j’affectionne particulièrement pour sa dimension spirituelle et introspective.

Pour le côté « heavy » je n’en écoute pas mais de toute évidence je ne me suis pas cantonné au black métal comme seul outil de référence.

J’aime quand la musique me fait voir et ressentir des choses, je ne saurais parler que pour moi-même mais m’arrêter à un blast et un rif de guitare ne m’intéresse pas beaucoup. il me faut du sensationnel au sens propre du terme.

Je ne sais pas comment tu as composé ce disque mais pour moi, un tel album tient vraiment de l'écriture, c'est-à-dire que tu avais un but à atteindre et que tu as tout mis en œuvre pour l'atteindre - vrai ou faux ? J'y sens également un complet abandon, c'est-à-dire une grande liberté prise avec les conventions du genre Black Metal.

Je n’avais pas de but particulier et je n’ai rien écrit. J’avais des émotions à faire passer à travers des idées musicales. Sans morceaux définis, ça part tout simplement d’une idée qui résonne dans ma tête et c’est parti. Rien n’est prévu à l’avance ou pré-composé. Mes morceaux ont tous été faits petit à petit et à l’aveuglette, c’est comme ça que j’aime travailler.

A mort Guitare pro et toutes les merdes du genre ! C’est ce qu’on peut appeler de la composition improvisée, l’avantage de ne pas savoir où l’on va c’est qu’on ne se donne pas de limite. Seul l’esprit compte, après c’est une promenade dans l’évolution de ce dernier qui s’exprime au travers du morceau. L’idée étant d’en ressortir grandi.

Ce qui rejoint ce que tu dis, en effet je fais du black métal parce que j’aime ça, puis c’est un exutoire sans égal mais je n’ai pas d’œillères sur la tête pour me faire marcher droit…. c’est surtout intègre à mon idée.

Onosceles est une piste vraiment étrange, car on dirait un SUMMONING d'un autre style... qu'as-tu à dire sur cette piste singulière ?

C’est là que ça commence à devenir intime !

Pour faire court, car je ne souhaite pas trop m’attarder sur ce sujet et je pense que cette musique parle d’elle-même, ce morceau est le témoin du genre de surcharge sentimental dont je peux faire l’objet, et bien souvent sans raison ‘raisonnable ‘ ni raisonnée . Ceux qui me connaissent comprendront aisément ce à quoi je fais allusion. Faire ce morceau a été pour moi le seul moyen que j’ai eu pour exprimer ô combien ma peine était grande.. Submergé par mes émotions, beaucoup de larmes ont coulé à la composition de ce morceau.

Combien de temps t'a pris l'écriture de Sotres ?

Bonne question, je ne sais pas du tout, plusieurs années. Peut être 2 ou 3 ans, j’avais déjà mis en ligne une petite dizaine de morceaux auparavant, que j’ai enlevé depuis. Puis certains morceaux m’ont pris beaucoup de temps, d’autres ont été faits en moins de 48h, comme Gorgone ou Onosceles par exemple.

Comment as-tu enregistré ce putain de disque ?

Je l’ai enregistré assez simplement avec mon petit home studio, modeste mais efficace tout de même, si je puis me permettre de revenir un peu sur ta première question et du pourquoi j’ai du mal avec une certaine appellation du underground… :

A l’heure actuelle, avec du matériel très accessible il est tout à fait possible avec un poil de persévérance et un semblant de volonté, d’avoir un son propre et de faire de la musique à proprement parler.

Bien sûr on n'est pas dans de la super production en studio pro a la Dimmu ou Belphegor, mais il y a quand même une bonne marge de branleurs invétérés, drogués a la production ‘tape’ en 2013, plus c’est pourri plus c’est bon parce que c’est plus true….

Avec parallèlement un pc surpuissant en cadeau de papa et maman pour dézinguer des têtes sur Call of ou faire le magicien sur WOW … à bon entendeur....!

Quelle est ta piste préférée ?

Ah… sujet qui fâche (rire). Le morceau que je préfère n’a malheureusement pas vu le jour. Il y a tout de même un ‘extrait’ de mon défunt petit sur youtube, ça m'a d‘ailleurs bien démotivé de le perdre, cela dit je l’ai retrouvé depuis et il nécessite encore quelques finitions. Je le divulguerais sur la toile quand il sera terminé. Dans l’esprit un peu du morceau SOTRES. Sinon je dirais que c’est Gorgone dans sa globalité que je trouve le plus prenant.

Que regrettes-tu dans Sotres ?

Heu… dans la mesure ou cet album a été composé il y a quelques années, à l’heure actuelle il y a pour moi des bémols au niveau de la maturité musicale, quelques longueurs, dans DAKINIS ou DUERGARS par exemple. Après il y a bien sûr des choses qui évolueront dans ma logique de composition à l’avenir.

Cela dit si je dois exprimer un grand regret, c’est de ne pas avoir pu faire la batterie moi-même. Mais je compte bien y remédier, je m'y suis mis il y a quelques temps, je ne suis pas sûr que mon prochain album soit de ma patte mais celui d’après s’il y en a un le sera certainement.

Comment s'est passé le deal avec le jeune label underground Gaulhammer ?

Très simplement, il m’a repéré et a tenu à me produire, chose à laquelle je ne tenais pas forcément. D’ailleurs il faut bien le reconnaître, c’est lui qui a tout fait, moi j’en ai pas foutu une : merci coach !

Enfin même si au début je m’en foutais royalement d’être produit, je dois avouer que finalement c’est sympa. De plus, ça ne porte en aucun cas atteinte à l’intégrité de mon projet, et ça me redonne un peu la motivation dont j’avais besoin pour continuer. Donc merci GAULHAMMER

Tu es tatoueur : d'où te vient cette passion ? Combien en as-tu sur le corps ? Quels sont ceux que tu aimes le plus admirer sur ton corps ?

Oui c’est exact, je dessine depuis que je suis tout gamin, j’ai passé le plus clair de mes heures de cours et de colles à griffonner, puis ça s’est fait un peu tout seul : dès que j’ai pu, j’ai acheté du matos de tattoo. C’était parti pour des nuits bière/tattoo/rock n’ roll à la rash. Petit à petit c’est devenu mon métier.

J’ai toujours pratiqué toutes mes activités artistiques en autodidacte, cela dit ça ne tombe pas du ciel et je tiens cette souche du coté de mon père qui est un artiste très doué et très polyvalent! Pour ce qui est du nombre de tattoo je ne sais pas du tout mais je suis déjà bien bleu pour ne plus pouvoir les compter et que la majorité d’entre eux ne fasse plus qu’un…La zone que je préfère reste ma main droite que je m’amuse régulièrement à peaufiner et à décorer en adéquation avec ma passion pour la musique.

Tu joues dans OSIRION, que j'ai déjà interviewé et dont j'ai même repris Reconquista dans mon Anthologie du Black Metal ! Tu as repris la place de Valharik donc ! Où en est OSIRION ? Son line-up me semble avoir bien bougé et son dernier album date de 2008 déjà...

Oui j’ai joué dans Osirion, peu de temps pour être honnête, mais on a bien rigolé et on a fait de bons concerts ! C’est vrai que le line up bouge pas mal mais les gars d’Osirion sont bien décidés à remettre la bête sur rail et ils y arrivent petit a petit, pour ceux qui ne savent pas, Mhorge, l’actuel leader d’Osirion est un artisan du cuir très compétent et talentueux avec un goût très fin pour le médiéval. C'est lui qui a façonné les gros brassards de cuir que je porte, et forgé sur son enclume les gros clous qui l’ornent. Merci l’ami ! Ces brassards sont de facture très brute sur ma demande, mais pour les curieux du maître d’œuvre je passe le lien de son travail.

De quoi parle tes textes ?

Mes textes tout comme ma musique, sont souvent des sujets bien différents, en cohérence par rapport à l’ambiance et aux émotions de ces dernières… La plupart de mes textes a été complètement retourné de telle sorte que la dernière lettre du dernier mot fasse l'ouverture et que le texte se lise à l'exacte inverse de ce qu'il devrait être ; ils sont donc formulés de façon parfaitement incompréhensible. Donc pas la peine de galérer à essayer de comprendre, à moins d’écouter la musique à l’envers… Le message de ma musique se voulant avant tout émotionnel, il y a tout de même des passages en anglais ainsi que quelques passages en français dans Sotres ou Silence Atrium notamment.

Quels formations de ta région soutiens-tu ?

J'avoue ne plus être très au fait de l'actu métal en général, et encore moins de ma région depuis un moment. Mais il y a tout de même des vieux collègues comme Nico qui a fait Silentod.. Hell hounds et « the snak eater » sur lesquels j ai eu droit à quelques bonnes tranches de rigolade et quelques bonnes gueule de bois.  Il y a Osirion bien sûr que je soutiens de tout cœur et Hidvir que beaucoup connaissent déjà. Dans un registre tout à fait autre, il y a KATS Kussay and the smoke à qui je renvoie le clin d’œil à la croisée des chemins.

SAINT-FRENESS monte-t-il sur scène ? Quelle importance cela a-t-il ?

La scène est un vrai plaisir pour moi et je suis sûr que le plaisir n’en serait que plus grand si je jouais en mon nom. J’y ai d'ailleurs pas mal pensé, et quelques collègues, notamment de Hindvir et Osirion étaient partant dans l'aventure. J’avais également proposé à Corven de Nehemah qui a décliné mon invitation avec courtoisie.

Pour être honnête ce ne sera vraiment pas dans l'immédiat ni avant quelques années. Un jour qui sait ! Quoi qu’il en soit, de la scène pourquoi pas, mais Saint Freness ne sera jamais un groupe.

Quels sont les cinq disques de Black Metal que tu préfères ?

Que je fasse appel à ma mémoire….Je dirais sans donner d'ordre précis et en parlant plutôt de groupes : Shining, Nehemah, Watain, Dark Space, Dark Funeral…

Enfin je sais plus vraiment il y a tellement de groupes vraiment très bons dont j'ai oublié le nom, mais pour tout dire, tout au long de ma grande période black métal, j'ai passé beaucoup plus de temps à en faire plutôt qu’à agrandir ma culture metal.

Le Black Metal est-il mort selon toi ?

Je pense que comme toute chose, le black métal est amené à mûrir et à évoluer …

Si le BM s'arrêtait aux Burzum et branleurs de la musique du genre, j’espère très franchement qu'il le serait. Cela dit pour moi le vrai black metal est parfaitement représenté dans Watain par exemple. Je pense qu'il y aura toujours des gens réellement sensibles à l'âme du black qui sauront la faire valoir en tant que telle et sans se foutre du monde. Il ne faut pas oublier que faire du black métal, c'est avant tout faire de la musique ; et faire de la musique ça veut pas dire performer pour l'incompétence !

Si on se veut être le porte parole d'une chose que l'on aime, en l’occurrence le BM, on se doit de s’appliquer et de le faire bien. En parlant de la souche du BM et sans être parfaitement ingrat … il faudrait voir à ne pas oublier que les « fondateurs » du genre n'étaient ni plus ni moins que des adolescents. Selon moi ce culte de la personnalité que beaucoup ont pour ces quelques branleurs capricieux qui ont commencé le black métal est une erreur .

D'ailleurs, puisqu'on me demande mon avis, je crois que beaucoup de personnes adulent Vargounet et son équipe de décérébrés parce que ces gars-là ont brûlé quelques églises et que l’un d’eux a buté son pote… ce qui est un état d'esprit tout à fait puéril dans lequel je ne vois ni bravoure ni courage ni force, quant à l’honneur il n’existe même plus… Des vertus pourtant tant prônées par les adorateurs du genre…

Cette adulation fumeuse est selon moi représentative de la frustration de beaucoup de fans  qui en réalité, derrière leur pseudo de grands démons n’ont absolument rien de leur étoffe. Ils ont la haine et vont chercher dans leurs idoles la violence qu'ils ne sont pas capables de donner au monde qu'ils détestent… La peur peut être... ?

Heureusement je ne parle pas pour tout le monde et il y a dans le black metal de véritables perles quelles que soient les époques. Et vu le jeune âge de cette mouvance musicale, ce n’est pas terminé.

Comment se procure-t-on Soldier of Madness ? Comment te contacte-t-on ?

L’album est en vente sur le site web de Gaulhammer : http://gaulhammer.weebly.com/ Il est également vendu sur les différents concerts qu’il organise. Il me semble que c’est tout pour le moment. Pour me contacter il suffit de m’envoyer un mail via myspace, fb ou youtube, je les reçois directement, je suis très très loin d être la super star qui a besoin de son équipe d administration (rire).

Qu'est-ce que ne fera jamais SAINT-FRENESS ?

Devenir un groupe.

Trois adjectifs pour résumer l'état d'esprit de SAINT-FRENESS...

Saint Freness se veut être sous l’étendard de l’introspection, du mysticisme et de l'émotion.

Sotres est un disque extraordinaire et que j'apprécie foncièrement ! Les derniers mots sont à toi SAINT-FRENESS !

Merci pour l intérêt que tu as porté à mon projet. Merci également aux divers chroniqueurs que je n’aurai pas l'occasion de remercier ailleurs que dans cette interview. Et quel que soit l'angle de vue avec lequel on aborde le BM, l’essentiel c’est de rester vrai et intègre. Ce n’est pas si facile lorsqu’on essaye de ne pas se voiler la face.