nybbas_cover



Je me suis fais avoir, je l'avoue. Une pochette bien nécro à la VUCUB CAME. Une démo courte, bien noire et misanthropique. Un certain style : NYBBAS fleurait bon le Black Metal bien trippé, le Black Metal vécu de l'intérieur... Une démo téléchargeable sur le Myspace du one-man-band trahissant une certaine attitude (http://www.myspace.com/nybbasmusic). Et c'est français, et underground. Tout pour moi donc. Voilà qui m'avait séduit.

Mais c'est l'interview qui s'ensuivit et la gueule du ptit jeune de vingt ans qui m'ont d'un coup désarçonné. Dois-je lui en vouloir de faire un Black Metal désintéressé ? De ne faire du Black Metal que parce qu'il a de sombres sentiments, lui qui écoute tant d'autres choses ? De ne penser en fin de compte, que le Black Metal n'est qu'un simple outil d'expression (pourquoi ne pas avoir fait de pop rock dans ce cas ?), un simple habit à ses émotions ? « Tiens aujourd'hui je vais mettre ce manteau, et demain ptêtre çui-là »... Non pour moi le Black Metal ce n'est pas un simple habit, mais une manière de vivre et de penser. Mais notre jeune homme n'avait juste qu'une envie, après avoir eu celle de l'écriture de sa démo : qu'on l'écoute, sans rien lui en dire, à la manière de l'élitiste regardant du haut de son rocher la foule des manants. Et le garçon de répondre à mes questions par ennui, là aussi. Du gâchis. Il n'en à « rien à foutre » de l'avis des autres (pourquoi répondre à une interview, pourquoi mettre en ligne sa démo dans ce cas ?) et chie sur le monde du Black Metal, me confie-t-il après... Ridicule et puéril. Je mets tout ça sur le compte de sa jeunesse, de son manque de recul envers le mouvement, de sa non-réflexion sur cette musique...

J'ai toujours pensé que le Black Metal devait avoir, derrière son rendu rêche, derrière son apparente simplicité, derrière ses atmosphères morbides ou diaboliques, un quelque fond idéologique, au moins des racines : mais non, ici, NYBBAS n'est que le fruit d'expérimentations quelque peu futiles, tenant presque d'un ennui, juste d'un besoin d'éjaculer ce truc hors de soi et que les autres peuvent contempler cet éjaculation... Pas de bestialité, pas de diabolisme, pas de noirceur. Du plaisir masturbatoire, voilà NYBBAS. Du Black Metal de dilettante, tout juste formé.

Mais je ne pense pas être un salopard et je dois donc avouer que cette démo est bien bonne. Je pense vraiment que peu de jeunes d'aujourd'hui ont le recul et la critique nécessaires à la compréhension de ce genre metallique extrême, complexe et multi-formes. Mais bon, j'ai à parler de cette démo. C'est vrai qu'avec le recul, si elle ne pêche pas de sacrés bon feelings – musicalement, c'est du pur Black Metal, avec quelques touches Death par-ci par-là – elle pêche en revanche par un fort déficit en personnalité, ce qui me fait même me demander si tout cela est sincère et ne tient pas du Fake, étant donné que beaucoup de passages, que bien des riffs, des accords et mélodies eux me font penser à une foultitude d'autres formations, d'autres disques déjà entendus (arf, ce solo à la MORBID ANGEL sur ''October'' !). De BONS disques, mais tout de même : je me demande – et non par méchanceté, je me le demande vraiment – s'il n'y a pas eu cut'n'paste conscient ou pas de la part de Mickael, notre blackeux en herbe, le NYBBAS. Car les références sont vraiment nombreuses. Et son Black Metal tout en tension en ressort en fin de compte, vachement puissant et épique. Mais, mais, mais... J'ai désormais le doute. Une bonne et courte démo, mais sincère ? Je ne sais pas, ou plus.

NYBBAS a semble-t-il le cul entre deux chaises. Si je ne remets pas en cause l'investissement du garçon dans sa musique (quoique... !), je me demande d'où vient l'inspiration et si ce groupe n'est pas un réel foutage de gueule, lui qui crache sur les auditeurs Black Metal dont il veut pourtant absolument qu'ils l'écoutent... Bref. Chacun ira écouter cette démo sur le Myspace du groupe. Je reste dans le doute aujourd'hui.