1 - Final2 - Hecate - Front (2)

 

Voilà une belle surprise de la part de ce groupe de Tours, HECATE, que je connaissais pas avant de réaliser l'interview de Chris d'IN MORTE VERITAS, lui qui a également fondé son label underground, Exu Rei Records. C'est sous cette bannière qu'il a décidé, avec son comparse, de produire ce premier album d'HECATE, Chroniques d'un autre Temps. C'est une belle surprise, car ces 6 compositions d'un Black Metal mid-tempo, aux teintes « folk » et Heavy, savent se montrer savoureuses pour qui les écoutent attentivement, révélant effectivement un soin certain dans le fameux « riffing » (dont le groupe parle dans l'interview ci-dessous) et un soin égal pour le jeu des musiciens, qui se trouve carré et, peut-être, un peu trop « clean » pour les mordus du Black Metal intransigeant.

CesChroniques d'un autre Temps ne sont pas gorgées de haine noire et destructrice : non, HECATE n'est pas de ce Black Metal. Il préfère la finesse, et développe un univers personnel aux sonorités Heavy et « folk-médiévales » (à prendre avec des guillemets hein) – que mettent seules en avant les guitares (qui rappelleront indéniablement IMMORTAL période At the Heart of Winter, et APOPTOSIS From Fall to Winter Solstice). Les vocaux sont corrects pour du Black Metal mais l'impact aurait pu être plus forts si EUX se montraient plus haineux, noirs et sanglants. Ils manquent d'être « possédés ». La basse est malheureusement peu audible (gros pêché !) alors qu'on apprendra que le groupe l'a attendu longtemps en studio ! Et pour la batterie, elle aussi est bien jouée – mon avis personnel est qu'elle est un peu le faire-valoir, comme les autres instruments d'ailleurs, des guitares qui retiennent toute l'attention de l'auditeur... La batterie toujours, manque un peu d'agressivité et quelques blasts par-ci par-là n'auraient pas fait de mal. Une certaine remise en question de la place de chacun dans le groupe semble donc s'imposer à moins que chacun y trouve son compte.

Ces critiques faites, tout n'est pas pour autant tout noir heureusement, sinon l'équipe d'Exu rei et HECATE n'aurait pas sorti les biftons pour produire ces Chroniques d'un autre Temps. Si je n'avais pas trouvé cet album intéressant, je n'aurais pas dit oui également – car cela me prend du temps d'écouter attentivement ce que l'on m'envoie (et oui, je ne mets pas ça en fond sonore pendant la vaisselle par exemple), d'écrire les question, de rédiger cette chronique puis de tout mettre en ligne ! Si les membres du groupe ont tout misé sur les guitares et le talent de composition de celles-ci, c'est que ce qui en ressortait est évidemment bon. Elles dessinent habilement les structures qu'elles parent ensuite de beaux atours, et s'il n'est pas pleinement honnête d'affirmer qu'HECATE est un groupe d'ambiance (car trop appliqué à la mécanique Metal), il faut bien reconnaître que ces fameuses guitares ont une personnalité délicieuse, évoquant bien des paysages d'autres époques – un titre comme Chroniques d'un autre Temps est donc bien choisi !

Et ce premier opus en contient six, dont un Prélude : déjà, l'on est de suite saisi par cet univers aux couleurs « folk-médiévales » (avec un peu de recul, on peut s'autoriser à penser à PESTE NOIRE pour cet aspect). La première longue piste qui suit, Cathbad, est une piste à la grosse structure rythmique dans laquelle il n'est pas forcément facile d'entrer – elle n'emporte l'esprit que lorsqu'elle s'accélère, lors du dernier tiers. Puis viennent Les Sanglots de Maldoror, qui commencent plus mélancoliquement mais violemment. Cette chronique-là est plus sombre que la précédente et quelque part, elle est aussi plus fluide. Le break sur le dernier tiers (encore !) se digère bien et le riffing jouissif, et le sentiment héroïque fort, font de cette piste une excellente piste !! Une Charogne est du même tonneau mais appuie un peu plus sur la pédale et le tout prend des teintes plus noires (assurément, HECATE ferait mieux d'exploiter cette veine car il y est plus à l'aise). L'on assiste là à une vraie piste de Black Metal terreux qui rappelle certains opus français et finlandais de la deuxième moitié des 90. Les guitares donnent aussi un petit coup « dans le rétro », old skull ! Là aussi donc, une chronique fameuse de la part d'HECATE ! Une Charogne est donc une excellente piste ! Würm poursuit avec énergie cette cavalcade mais éclaircie le ciel avec des notes plus lyriques et propres à ses guitares – c'est une belle chronique qui manque peut-être de la froideur due à ce qu'elle évoque, mais c'est, encore une fois, une très bonne piste, très imagée et mécaniquement bien foutue. Pour clore ce très bon disque, L'Enéide ressemble presque à une seconde partie de Würm – cela n'enlève rien à sa beauté ou son équilibre. Les quelques voix mâles « en clair » sont assez malvenues en l'état, et les nappes de synthés refroidissent la piste...alors qu'elle auraient du logiquement refroidir Würm !

Pour conclure, ces Chroniques d'un autre Temps d'HECATE forment un ouvrage agréable et très évocateur. Il a ses atouts et ses faiblesses, il faut encore à HECATE du recul et la maturité pour que cela devienne excellent ! De bonnes bases sont ici bâties toutefois et HECATE devrait être en mesure de donner vie à un second album sans défauts.